Trier les éléments





Indochine années 20: le balcon de la France sur le Pacifique
MORLAT (Patrice)
La politique d'association proposée par la République impériale aux élites indochinoises au début des années vingt vise, par ce que l'on appelle alors la politique indigène, à faire partager aux populations colonisées le grand dessein assigné par la métropole à sa grande possession d'Asie : devenir le Balcon de la France sur le Pacifique. La France, victorieuse militairement sur le continent européen, sort vaincue financièrement, démographiquement et économiquement de la Grande Guerre. Elle se retrouve de surcroit isolée diplomatiquement de ses alliés d'hier et confrontée à l'affirmation, dans le Pacifique extrême-oriental, de nouvelles puissances impérialistes comme le Japon et les États-Unis. A cela s'ajoute la crise des instituts bancaires qui devaient y soutenir ses intérêts : entre autres, le fameux krach de la Banque Industrielle de Chine. Aussi la France, qui n'a plus les moyens de tenir son rôle de grande puissance en Asie, doit-elle trouver un relais, une métropole seconde susceptible d'affirmer sa position dans les domaines politique, diplomatique, militaire et surtout économique. Dès lors, l'Indochine, joyau de l'Empire colonial français, appelée à pallier les difficultés de la République en Extrême-Orient, va s'efforcer de faire face aux nouveaux impérialismes ainsi qu'à la montée en puissance du Komintern, de la révolution chinoise et du militarisme japonais. Confrontée à ces bouleversements, l'Indochine se mue progressivement de balcon sur le Pacifique en bastion sur le Pacifique. Patrice Morlat, tout en brossant un tableau général de la présence française en Extrême-Orient, le démontre dans cet ouvrage magistral.
45,00
3 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Paysages végétaux et plantes de la péninsule indochinoise
VIDAL (Jules E.)

Sous le titre Paysages végétaux et plantes de la Péninsule indochinoise,
l'auteur décrit sommairement dans une première partie les principaux types de végétation ou formations végétales de cette région tropicale. Leur physionomie et leur composition floristique dépendent de l'action combinée de trois facteurs écologiques principaux : le climat (température et humidité), le sol et l'intervention humaine. Un tableau d'ensemble présente les diverses formations végétales avec les facteurs écologiques qui les conditionnent. Un développement particulier est consacré à l'action humaine aussi bien destructrice que protectrice. Une soixantaine d'illustrations en couleurs permettent de faire mieux connaître par l'image cette nature tropicale de même qu'une carte schématique de la répartition sur le terrain des principaux types de végétation.

Dans une deuxième partie, "Les Espèces", sont décrites et illustrées 164 plantes sélectionnées parmi les plus caractéristiques des divers paysages végétaux. Cela ne constitue cependant qu'une infime partie d'une flore riche d'une quinzaine de milliers d'espèces, mais les formes et les couleurs aident à certaines identifications et permettent d'admirer une petite partie de l'infinie variété du monde végétal.

Une autre partie de l'ouvrage recense les divers noms vernaculaires des plantes citées, en cambodgien, laotien, thaïlandais, viêtnamien, anglais et français. Enfin une bibliographie détaillée permet de compléter, à l'occasion, la connaissance de la  végétation et de la flore de cette région asiatique.

Cet ouvrage devrait intéresser tous ceux qui ont besoin d'être mieux informés sur la nature végétale indochinoise ou simplement qui ont la curiosité et le désir de s'instruire sur un milieu végétal qui ne leur est peut-être pas familier.

28,00
1 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
La conservation des quartiers historiques en Indochine
PARENTEAU (René) et CHAMPAGNE (Luc), (éds.)

Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle en Indochine, de profondes mutations ont bouleversé le patrimoine culturel en matière d'architecture et d'aménagement urbain. Ainsi au Vietnam, entre autres, des exemples issus de l'architecture française sont tout d'abord venus dénaturer l'harmonie de l'architecture vernaculaire, avant de réussir à s'y intégrer pour donner naissance à un style architectural "colonial". Cette architecture a donné des monuments importants reconnus universellement et elle s'est implantée sur le fond d'un urbanisme "à la française" qui a produit des quartiers urbains nouveaux dans le centre des villes indochinoises.

Cependant, après des années de délaissement et de manque d'intérêt, la plupart de ces constructions sont dans un état de délabrement avancé ou bien ont fait l'objet de rénovations "sauvages" car seuls les monuments les plus importants avaient retenu l'attention des autorités locales. Pourtant depuis maintenant une dizaine d'années, le gouvernement vietnamien, les gouvernements locaux, les professionnels de l'architecture et de l'urbanisme ainsi que les habitants ont pris conscience de l'intérêt de ces éléments dans la reconnaissance de leur patrimoine culturel. Aussi, face aux développements récents, ce patrimoine devient un enjeu d'importance que l'on veut protéger.

Un séminaire régional tenu à Hanoi en mai 1994, a réuni des représentants des gouvernements et des différents groupes d'intérêt pour faire le point sur le processus de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine, comparé leurs stratégies et évalué leurs moyens actuels d'intervention.

25,00
1 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock