Trier les éléments





Indochine années 20: le balcon de la France sur le Pacifique
MORLAT (Patrice)
La politique d'association proposée par la République impériale aux élites indochinoises au début des années vingt vise, par ce que l'on appelle alors la politique indigène, à faire partager aux populations colonisées le grand dessein assigné par la métropole à sa grande possession d'Asie : devenir le Balcon de la France sur le Pacifique. La France, victorieuse militairement sur le continent européen, sort vaincue financièrement, démographiquement et économiquement de la Grande Guerre. Elle se retrouve de surcroit isolée diplomatiquement de ses alliés d'hier et confrontée à l'affirmation, dans le Pacifique extrême-oriental, de nouvelles puissances impérialistes comme le Japon et les États-Unis. A cela s'ajoute la crise des instituts bancaires qui devaient y soutenir ses intérêts : entre autres, le fameux krach de la Banque Industrielle de Chine. Aussi la France, qui n'a plus les moyens de tenir son rôle de grande puissance en Asie, doit-elle trouver un relais, une métropole seconde susceptible d'affirmer sa position dans les domaines politique, diplomatique, militaire et surtout économique. Dès lors, l'Indochine, joyau de l'Empire colonial français, appelée à pallier les difficultés de la République en Extrême-Orient, va s'efforcer de faire face aux nouveaux impérialismes ainsi qu'à la montée en puissance du Komintern, de la révolution chinoise et du militarisme japonais. Confrontée à ces bouleversements, l'Indochine se mue progressivement de balcon sur le Pacifique en bastion sur le Pacifique. Patrice Morlat, tout en brossant un tableau général de la présence française en Extrême-Orient, le démontre dans cet ouvrage magistral.
45,00
3 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock

CGV - Qui sommes-nous ?