Trier les éléments





Aperçus multiples du Monde Uyghur
ETUDES ORIENTALES

Table des matières :

I. Le monde uyghur intellectuel, spirituel et culturel

An 'Uvaysî Hagiography from Eastern Turkistân : The Tadhkira of Qutb al-Dîn 'Irâqî. Devin DeWeese

Hapiz Niyaz : Cadre, Muslim, Historian. A local intellectual in Eastern Xinjiang. Ildiko Beller-Hann

Le soufisme chez les Uyghur / Ouïgoude Ghulja. La voie des anciens. Mukaddas Mijit

Diaspora ouïghoure et Internet. Dilnur Reyhan

La fondation du Turkestan oriental (Istanbul). Place et rôle dans la communauté ouïghoure de Turquie. Stéphane de Tapia

II. Le Xinjiang politique et économique

Le Xinjiang : sinisation et ouverture d'une périphérie chinoise. Alain Cariou

La transformation des cités-oasis du Xinjiang (uyghur). Jean-Paul Loubes

Le retour des sauvages de Dzoungarie. Réflexions d'une ethnographe au sujet des Loplik (Xinjiang, R.P.C.). Sabine Trebinjac

III. Christianisme au Xinjiang

The History of Orthodoxy in Xinjiang. Piotr Adamek, svd

The Black Madonna from Xinjiang. Piotr Adamek, svd

IV. Pensée islamique en Chine et Han Kitab

Islam en Chine et confucianisme. Françoise Aubin

Les Han kitab et le Xidaotang. Réception et usage d'une littérature islamique en chinois à la fin du XIXe siècle à Taozhou (Gansu). Marie-Paule Hille

Traduction commentée des sentences parallèles de Ma Qixi, fondateur du Xidaotang. Marie-Paule Hille

Partie arabe

Introduction par Souad Wheidi et Françoise Aubin

Islam en Chine et confucianisme. Françoise Aubin

L'unité de l'être et la théorie de l'homme parfait chez Liu Chih. Souad Wheidi

 

 

30,00
1 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Architecture et urbanisme de Turfan
LOUBES (Jean-Paul)

A l'Ouest extrême de la vaste Chine, le Turkestan chinois est constitué par des déserts, dont le Taklamakan, contourné au Nord et au Sud par les Routes de la Soie. Un chapelet d'oasis les jalonnent. Turfan, sur la route du Nord est peuplé par des Ouigours, peuple converti à l'islam et appartenant à l'ensemble turco-mongol. a Turfan, une étonnante architecture domestique et religieuse de terre crue, trouve ses racines vers l'Ouest, enPerse notamment, et a su résoudre par des dispositions bioclimatiques naturelles très élaborées, le difficile problème climatique lié à une situation écologique extrême. Turfan est en Chine le pôle de la chaleur.

Ces équilibres et tout un héritage culturel et architectural sont menacés par une sinisation accélérée de l'espace qui vise à substituer un espace chinois aux valeurs architecturales des Ouigours. La proportion de Chinois qui dans cette province du Xinjiang était de 10% en 1950 et de 45% dans les années 1990. Ce peuplement accéléré illustre le besoin continu d'espace de la civilisation chinoise mais il témoigne aussi de l'importance stratégique d'une province qui recèle d'importantes ressources.

Quelles sont les modalités de cette sinisation ? Comment s'effectue la transformation de la ville, du paysage rural, de l'espace dans sa totalité ? Quelles sont les statégies du planificateur chinois pour substituer ses propres valeurs à une grande tradition architecturale ?

Outre l'inventaire avant disparition d'une architecture de grande qualité, cet ouvrage se veut une contribution à la construction d'une anthropologie de l'espace en interrogeant les cultures dans leur production architecturale. S'il est vrai que l'architecture est l'expression la plus complète des cultures humaines, alors un des moyens de connaître l'homme est l'étude du texte architectural, du grand livre de l'architecture.

33,55
1 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Art, Religion, and Politics in Medieval China
NING (Qiang)

The cave-temple complex popularly known as the Dunhuang caves is the world's largest extrant repository of Tang Buddhist art. Among the best preserved of the Dunhuang caves is the Zhai Family Cave, built in 642. It is this remarkable cave-temple that forms the focus of Ning Qiang's cross-disciplinary exploration of the interrelationship of art, religion, and politics during the Tang. In his careful examination of the paintings and sculptures found there, the author combines the historical study of pictures with the pictorial study of history. By employing this two-fold approach, he is able to refer to textual evidence in interpreting the formal features of the cave-temple paintings and to employ visual details to fill in the historical gaps inevitably left by text-oriented scholars. The result is a comprehensive analysis of the visual culture of the period and a vivid description of social life in medieval China.

The original Zhai Family Cave pictures were painted over in the tenth century and remained hidden until the early 1940s. Once exposed, the early artwork appeared fresh and colorful in comparison with other Tang paintings at Dunhuang. The relatively fine condition of the Zhai Family Cave is crucial to our understanding of the original pictorial program found there and offers a unique opportunity to investigate the visual details of the original paintings and sculptures in the cave. At the same time, the remaining traces of reconstruction and redecoration provide a new perspective on how, for over three centuries, a wealthy Chinese clan used its familial cave as a political showcase.

Art, Religion, and Politics in Medieval China : The Dunhuang Cave of the Zhai Family is an indepth study of the meaning and function of an exemplary Tang memorial cave and an important contribution to studies of Chinese religion, politics, sociology, literature, and folklore as well as to Chinese art history.

56,00
2 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Au nom du peuple ouïghour
KADEER (Rebiya)

En juillet 2009, de violentes émeutes étaient réprimées dans le sang au Xinjiang (Turkestan oriental), la plus vaste des régions autonomes de Chine populaire. Une nouvelle fois, Pékin en rejetait la responsabilité sur les Ouïghours, soupçonnés de menées séparatistes, et sur Rebiya Kadeer, porte-parole de ces neuf millions de musulmans turcophones, désormais minoritaires dans leur propre province.

Exemplaire destin que celui de cette femme de caractère, qui aurait pu devenir un modèle d'assimilation. Fille de parents réduits à la misère par la Révolution culturelle, mariée par nécessité, elle trouve la fierté de divorcer pour épouser un dissident et la force de bâtir ex nihilo un véritable empire commercial jusqu'à devenir la femme d'affaires la plus riche du pays. Un symbole apprécié de la Chine nouvelle, qui l'envoie à l'Assemblée nationale populaire. Ce privilège, Rebiya Kadeer en use pour dénoncer, au plus haut niveau de l'État, la situation d'apartheid régnant au Xinjiang. Jusqu'au jour de 1999 où elle est accusée de complot et emprisonnée.

Depuis sa libération et son exil en 2005, Rebiya Kadeer est considérée comme la "mère du peuple ouïghour". Dans ce livre, elle raconte sa prise de conscience politique, ses sept années de cachot et de torture mentale, son procès à huis clos, et les représailles exercées sur ses enfants. Elle dénonce la colonisation de fait du Xinjiang et les discriminations de tous ordres pesant sur son peuple, pour lequel elle réclame le droit à l'autodétermination.

22,34
1 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Au pays des enfants rares
ATTANÉ (Isabelle)

Demain, la Chine ne sera plus : aujourd'hui deuxième puissance économique de la planète, elle pourrait bientôt se faire plus discrète sur la scène mondiale... Pourquoi un tel scénario,contraire à toutes les prévisions ? Pour une seule et unique raison, largement sous-estimée par tous ses observateurs : une démographie qui devenue trop lourde à porter coupera les ailes du phoenix chinois.

Trop de personnes âgées, plus assez de jeunes : à l'horizon 2050, la main-d'œuvre de la Chine, celle qui fait aujourd'hui toute la force de son économie aura été amputée de 150 millions d'actifs. Ses jeunes, très (trop ?) qualifiés, auront de plus en plus de mal à s'intégrer sur le marché du travail et ses personnes âgées, auxquelles l'État n'est pas toujours en mesure d'accorder des conditions de vie décentes, deviendront un fardeau insoutenable pour les jeunes générations. La Chine sera "vieille" avant d'être riche et sur ses enfants devenus rares pèseront des attentes démesurées.

Après deux ans d'enquête, Isabelle Attané livre une radiographie décapante du "pays aux enfants rares" : l'obsession des fils uniques, l'élimination des filles, les ravages de la pauvreté, de la malnutrition et du sida sont autant de bombes à retardement. S'ajoutent à ces dangers le stress d'une course d'obstacles éducative, des relations anciens-parents-enfants compliquées et des déséquilibres géo-démographiques majeurs. Loin des idées reçues, ce livre nourrit de choses vues et de témoignages, dévoile un géant fragile.

19,30
0 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Aux origines de Hong Kong
LE PICHON (Alain)

La civilisation commerciale existe depuis la jeunesse du monde, et les échanges internationaux étaient déjà développés le long des routes continentales ou maritimes il y a trois millénaires. Pourtant, vers la fin du dix-huitième siècle et plus spécialement pendant la quatrième décennie du dix-neuvième siècle, des transformations de première importance se conjuguèrent pour affaiblir, puis détruire, le système commercial préexistant : le mercantiliste. Ce qui était en train de naître n'était autre que le système du capitalisme commercial international moderne. Or le fait que Canton ait été l'un des brûlots où se prépara cette explosive transformation est relativement peu connu. En effet, on ne retient souvent des origines de Hong Kong que le côté scabreux de l'opium, dont le commerce était alors conduit en toute impunité, et dont la puissance politique britannique s'exerçant en Inde détenait d'ailleurs le monopole.

Mais une étude des problèmes liés à l'opium ne peut à elle seule apporter une réponse convaincante à la question de savoir pourquoi, entre autres endroits de la planète, et quelques années avant la cession de Hong Kong à l'Angleterre par la Chine, la naissance du capitalisme commercial international moderne eut lieu aussi à Canton. Pour avoir les meilleures chances de comprendre cette naissance, il faut donc, au-delà d'une simple connaissance des échanges liés à l'opium, se familiariser avec la structure des échanges internationaux de l'époque, leur foisonnante imbrication, et leur mode de financement. Cette familiarité permet d'obtenir une vue équilibrée et pénétrante de la naissance, en plein délabrement des institutions commerciales préexistantes, du capitalisme commercial international.

Dans cette entreprise de double familiarisation avec la mentalité des marchands britanniques expatriés à Canton et avec l'appareil des courroies de transmission grâce auxquelles les marchandises et les crédits parvenaient à leur destination, le fonds de commerce de Jardine, Matheson & Co., peut servir de fil d'Ariane. Cette firme était une pionnière dans le commerce international tel qu'il se pratiquait aux origines de Hong Kong. Ses fondateurs, William Jardine et James Matheson, étaient nés à l'ère d'un mercantilisme défaillant. Lorsqu'ils quittèrent Canton pour prendre leur retraite, le monde des échanges orientaux était entré dans l'ère nouvelle du capitalisme commercial international, et ils avaient, parmi d'autres, contribué à cette transformation.

44,25
1 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Avec le Christ dans les prisons de Chine
HU (Rose)

A voir les choses très humainement, il y a des gens qui n'ont pas de chance dans la vie. Ils naissent au mauvais endroit, au mauvais moment, et il semble que les éléments se liguent pour les faire souffrir.

A voir les choses très humainement, Rose Hu fait partie de ces gens-là : elle avait une vingtaine d'années quand la Chine est devenue marxiste, sous la férule cruelle de Mao-Tsé-Toung. Et Rose Hu était catholique - fraîchement baptisée -, d'une famille aisée, donc suspecte aux yeux du parti communiste.

On devine la suite : persécution, procès, condamnation, prison, camps de travaux forcés, accès impossible aux sacrements de l'Église. Ce sont vingt-six années qu'elle a passées en détention, dans des conditions parfois inimaginables. On hésite tellement à évoquer les pires, qu'il est préférable de les laisser racontées sous la plume de l'auteur et victime.

Mais voici le prodige de grâce : alors que des chrétiens faiblissent et se compromettent avec le nouveau pouvoir, d'autres, munis de la force d'en haut, acceptent cette croix d'un poids inouï, la portent le front haut, l'âme recueillie, et s'efforcent de montrer le chemin du calvaire, donc de s'élever au lieu de descendre, profitant du malheur pour saisir l'occasion divine d'une ascension intérieure. Ils découvrent la joie dans la souffrance.

Ce témoignage bouleversant est de ces lectures qui peuvent changer une vie.

17,00
1 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock