Trier les éléments





Anthropologie du mythe 2
POTTIER (Richard)
La bouddhisation des récits lao qui portent sur l'origine de la riziculture, ou qui racontent la fondation des dynasties s'accompagne simultanément de l'introduction d'une dimension éthique, qui est absente dans les versions non bouddhisées, et du rôle accru qui s'y trouve accordé aux ancêtres ethniques. Ceux-ci ont pour fonction d'introduire les hommes dans l'ordre symbolique à travers un sacrifice qui fait de ces derniers leurs débiteurs, et qui les fait eux-mêmes accéder au statut de modèles identificatoires. L'éthique représentant pour le bouddhisme l'un des moyens principaux de la réalisation du salut, il n'y a rien d'étonnant à ce que l'adoption de la religion de l'Eveillé ait entraîné une moralisation des récits dont les ancêtres des Lao étaient porteurs lorsqu'ils ont quitté la Chine. Toutefois, le bouddhisme (venu de l'Inde) et le culte des ancêtres (commun à tous les peuples de l'Asie orientale) constituent deux institutions religieuses absolument disctinctes, de sorte que la place éminente attribuée aux ancêtres dans les récits (comme aussi bien dans les rituels) ne va pas de soi. Ce qui rend compte de ce paradoxe, c'est que loin de provoquer la disparition ou l'affaiblissement du culte des ancêtres, la bouddhisation de la civilisation lao s'est traduite par une réinterprétation de la notion d'ancêtre : les ancêtres ethniques sont demeurés les garants de l'ordre moral, mais ils incarnent désormais le renoncement à la "soif d'être", la compréhension du "non soi" et de l'impermanence, c'est-à-dire l'acceptation de la finitude humaine.
23,00
2 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Explorations coloniales au Laos
HARMAND (Jules)

"Si j'étais riche, j'achèterais au roi de Bangkok ce coin perdu de ses immenses possessions, et je viendrais m'y établir avec queslques Français. Il n'y a pas de parc qui vaudrait celui-ci."

L'enthousiasme de Jules Harmand est à la hauteur de sa détermination et de sa soif de connaissances. Comment exprimer avec plus de force cette passion française pour ces terres lointaines et somptueuses ?

En deux explorations extrêmes, ce "baroudeur-scientifique", nous plonge dans les mystère de ce coin d'Indochine alors inconnu, le Sud Laos, et nous fait vibrer à l'unisson de ses découvertes et des mille périls que cet aventurier colonial surmonte, en 1877, le fusil toujours bien à portée de main; car ce médecin de marine, ancien compagnon de Francis Garnier dans sa guerre contre les Pavillons Noirs, a le courage chevillé au corps. Quant à la diplomatie propre à ce genre d'expéditions audacieuses, elle s'exprime surtout par son inébranlable foi en la supériorité technique de la civilisation dont il porte haut le drapeau : "il aurait été capable de me demander un canon rayé et plusieurs caissons d'obus, car je venais de commettre l'imprudence de lui décrire les effets merveilleux de ces engins civilisateurs", dit-il en évoquant son rapport tendu avec un potentat peu scrupuleux, représentant du roi de Siam.

Aujourd'hui, pour le voyageur qui connaît ou s'apprête à découvrir cette magnifique région entre Paksé, Champassak, Saravane et la cordillère vietnamienne, quel plaisir d'imaginer, de reconnaître les sites, les monuments, les ethnies d'alors. Sur les pas de Jules Harmand, ce bâtisseur d'empire solitaire, découvrez ces bastions encore vierges aux mœurs étranges, les Hauts Plateaux des Bolovens ou l'extraodinaire beauté des torrents indomptés et des cascades vertigineuses. Regardez le Vat Phou, un des nombreux dessins d'Eugène Burnand qui illustrent le texte : retirez le casque colonial; vous y êtes, rien n'a changé !

Laissez-vous maintenant entraîner dans l'aventure. L'auteur y délie sa plume comme il manie son fusil !

21,00
0 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Guérilla au Laos
DEUVE (Jean)
Depuis sa première édition en 1966, ce livre a servi d'ouvrage de référence incontesté pour tous les historiens qui ont eu à traiter de la guerre dans le Sud-Est asiatique et, en particulier, en Indochine. En effet, ce livre était, et est toujours, le seul qui décrit en détail et avec rigueur la période de l'occupation japonaise au Laos et les massacres qui l'ont accompagnée, la résistance formée autour des membres du service secret parachutés de l'extérieur, l'activité de chacun des groupes de guérilla franco-lao. Les anciens retrouveront dans ces pages le souvenirs de missions exaltantes et la certitude "d'avoir fait l'histoire". Les Lao, qui n'ont pas vécu cette période, découvriront les hauts faits de leurs aînés et y puiseront les données historiques pour comprendre l'évolution de leur pays et sa marche vers l'indépendance. Le grand public se passionnera pour une somme d'extraordinaires aventures vécues par une poignée de cadres français s'appuyant sur tout le peuple lao dressé contre l'envahisseur. Aventures des groupes vivant au fond de la forêt, se nourrissant de bananes sauvages, de reptiles, de singes, sortant de leurs repaires pour saboter bateaux ou ponts. Aventures dramatiques aussi, car la guerre est terrible contre des adversaires cruels et déterminés, alors que les guérillas n'ont ni médecins ni hélicoptères de rapatriement. Aventures d'audace, car cette poignée de franco-lao maintient la présence française, mais, en outre, défend et reconquiert le Laos contre les envahisseurs chinois et vietnamiens. Une épopée... si peu connue.
32,50
0 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
L'image du Laos au temps de la colonisation française
FROMENTIN LIBOUTHET (Marion)

Oublié de l'historiographie française, le Laos, dernier territoire à rejoindre l'Union indochinoise en 1893, est pourtant resté sous le protectorat de la France pendant près de soixante ans. Mais c'est en réalité dès les années 1860 que la France s'intéresse à ce pays. En effet, des missions scientifiques ou commerciales parcourent la rive gauche du Mékong tant par curiosité d'explorer des territoires jusque-là inconnus, que pour y préparer une éventuelle conquête coloniale de la France. Ces dernières, bientôt suivies des premiers voyageurs et fonctionnaires en poste au Laos, nous ont laissé de nombreux récits qui nous plongent au cœur des mentalités de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle, mentalités qui imprègnent la vision de l'Autre dans le cadre de la colonisation. Venus apporter la civilisation et le progrès aux Laotiens, les observateurs français se rendent rapidement compte que l'espoir de développer économiquement le Laos, bientôt surnommé le "poids mort de l'Union indochinoise", est un mirage. Oublié du pouvoir central, et semblant ainsi préservé du reste de l'Indochine française, le Laos est alors apparu aux Français comme un Nouvel Eden. Littéralement charmés par ce pays, certains d'entre eux en ont même adopté les us et coutumes, nous offrant ainsi une vision riche et complexe de l'Autre qui ne saurait être réduite au préjugé de race ou à son exotisme.

32,00
0 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
La plaine de Vientiane
CONDOMINAS (Georges) et GAUDILLOT (Claude)

La publication sous une forme nouvelle de La Plaine de Vientiane est importante à plus d'un titre. Réalisé, au cours de l'année 1959, sur la demande du Bureau de développement de la production agricole, ce "Rapport de Mission" avait pour but de dresser un panorama le plus précis possible de la situation d'un microcosme particulier au cœur du Laos, la plaine de Vientiane. Les auteurs, un ethnologue spécialiste de l'Asie du Sud-Est et un ingénieur agronome se sont évertués à réaliser une "sociographie qui permette de guider les techniciens et les planificateurs chargés de la transformation de milieux sur les plans techniques, économiques et sanitaires".

Ce précieux travail a très souvent été utilisé sans pour autant être cité par de nombreux exégètes. Il est rare qu'une étude en destination d'une institution administrative franchise le cercle restreint des rapports confidentiels. La Plaine de Vientiane, de par son importance historique et la qualité de ses descriptions socio-économiques se devait d'être portée au devant d'un plus large lectorat. Ecrit dans un style précis et rigoureux mais sans emploi d'un vocabulaire trop technique, cet ouvrage intéressera aussi bien le lecteur soucieux d'avoir une bonne introduction au Laos, que l'étudiant ou le chercheur, ethnologue, anthropologue ou même historien, pour qui la vision pragmatique imposée par le projet, et la fiabilité des informations issues d'une investigation sur le terrain s'imposera comme une lecture de référence et sera la source de précieux renseignements (tableaux, cartes, etc.)

Enfin, cette étude, véritable document historique, s'illustre aujourd'hui comme les dernières touches du portrait d'un monde disparu, alors au bord du vacillement, annonçant les évènements dramatiques de la décennie suivante.

36,59
0 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Laos
VORAPHETH (Kham)

En 1975, les Khmers rouges entraient dans la capitale du Cambodge, le gouvernement du Sud Viêt-nam s'effondrait devant les troupes nord-vietnamiennes qui pénétraient à Saigon. Le Pathet Lao sortait renforcé du gouvernement d'Union nationale et proclamait le 2 décembre 1975 la République. Plus de trente ans après sa victoire sur "l'impérialisme américain", le Laos vient de célébrer avec éclat "la paix et une nouvelle ère".

L'instauration de la République, avec un régime dominé par un parti unique, ouvre une nouvelle page de l'histoire contemporaine du Laos. Depuis trente et un ans, ce pays connaît une période de stabilité et de relative prospérité sans précédent dans son histoire moderne. Les premières années de gestion socialiste furent cependant un échec, tant sur le plan économique que politique.

Dès 1979, avec l'arrêt de la collectivisation rurale et le début des réformes, le Laos met fin à sa politique d'isolement économique et se tourne progressivement vers l'étranger. La mise en place du "Nouveau Mécanisme Économique" en 1986 marque les débuts de l'ouverture et la volonté politique du Parti d'accélérer la transition vers un système d'économie de marché. Le Laos, qui a accueilli en novembre 2004 le dixième sommet de l'ASEAN, est l'un des États les plus pauvres de l'association, à laquelle il a adhéré en 1977.

Cet ouvrage a pour objectif de retracer chronologiquement les grandes étapes du développement du Laos depuis 1975. Après avoir mis en exergue les ruptures survenues depuis les années 1990 dans le domaine économique, politique, social, culturel et les relations internationales, il s'interroge sur les défis que le Laos doit surmonter pour réussir son intégration régionale. Il analyse également quelques scénarios prospectifs de développement économique et politique.

25,00
2 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock