Trier les éléments





Rodrigues, la troisième île des Mascareignes
JAUZE (Jean-Michel)

Rodrigues est une île qui mérite que l'on parle d'elle. Longtemps ignoré des hommes, resté à l'écart des grands courants d'échanges dans l'océan Indien, relégué à une époque, au rôle de "Cendrillon" de l'île Maurice à  laquelle il est rattaché administrativement, ce minuscule caillou aspire désormais à la reconnaissance de sa place dans l'archipel des Mascareignes.

Son isolement jusqu'à une période toute récente, l'histoire de son peuplement, ses conditions naturelles, ont conduit ce microcosme insulaire à développer sur son territoire une stratégie de mise en valeur qui a produit une société et une économie particulière, fondamentalement différentes de celles de La Réunion et de l'île Maurice, ses deux sœurs des Mascareignes.

 Si l'autosubsistance, à partir des ressources issues de l'agriculture et de la pêche a été pendant longtemps le souci premier des Rodriguais, de plus en plus, l'île cherche à s'ouvrir sur l'extérieur où elle espère trouver un nouveau souffle pour son économie, dans un cadre territorial élargi à l'espace national mauricien.

Dans un contexte de déprime économique, où l'État est le plus gros employeur, le tourisme naissant représente une véritable bouée de survie. Toutefois, le souhait n'est pas de développer un tourisme de masse "à la mauricienne", qui risque de venir aggraver une situation écologique déjà fort préoccupante. Dans ce contexte, l'écotourisme apparaît comme une option intéressante de développement car l'île possède suffisamment de charme et d'authenticité pour séduire une clientèle en quête de destinations hors des sentiers battus.

23,00
1 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Le territoire littoral
CHERUBINI (Bernard) (dir.)

Le programme de recherche pluriformations "Environnement littoral, biodiversité et ressources marines dans le sud-ouest de l'océan Indien", réalisé de 1999 à 2001 dans le cadre du contrat quadriennal recherche de l'université de La Réunion (1998-2001), est à l'origine des textes publiés ici sous le titre Le territoire littoral. La question de l'appropriation spatiale et sociale du littoral y est abordée du point de vue de l'histoire sociale, de l'anthropologie sociale et culturelle et de la géographie humaine.

Plusieurs contributions reviennent sur les définitions possibles et acceptées du littoral, questionnent les limites des hauts et des bas, entre la mer et la montagne, à La Réunion, s'interrogent sur le rôle de la colonisation dans l'évolution du mode d'appropriation des zones littorales en Guyane, aux Antilles françaises, dans l'océan Indien. D'autres s'interrogent sur le développement du tourisme international et sur l'avenir de la pêche traditionnelle locale, à La Réunion, à Rodrigues, au Vanuatu, sur les projets en cours de mise en réserve naturelle à La Réunion et à Mohéli aux Comores.

L'espace terrestre du littoral, sous l'emprise de l'interface terre-mer, constitue assurément un territoire, au sens où les hommes se le sont approprié par leurs cultures et leurs savoirs qui constituent, pour nous, sur le plan théorique, des savoirs locaux, une connaissance locale. Mais des zones sont menacées par la pression de l'urbanisation, des infrastructures touristiques. La protection de l'environnement et la gestion d'un développement durable de l'économie locale sont des priorités régionales pour les sociétés insulaires de la zone océan Indien et en Mélanésie.

26,50
1 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Hindouismes créoles. Mascareignes, Antilles
BENOIST (Jean)

Les Dieux de l'Inde ont suivi les émigrants vers les îles où ils sont venus, travailleurs engagés pour le travail de la canne. Que devient l'hindouisme dans des sociétés où il est en exil ? Et que devient-il à mesure que ces sociétés changent ? Pour répondre à ces questions, cet ouvrage combine la description minutieuse de réalités religieuses très complexes et le souci constant de les insérer dans le courant de l'histoire sociale et dans les équilibres délicats des sociétés créoles. Par-delà le cas de l'hindouisme à la Réunion, aux Antilles françaises et à l'Île Maurice, l'auteur pose un problème général de notre temps : comment le religieux s'enchâsse-t-il dans le social ? Si le langage du sacré ne meurt pas, les rites et les mythes se transforment. Après de longs cheminements souterrains, ils resurgissent en trouvant de nouvelles siginfications. En réponse aux angoisses devant un monde incertain, ils sont le point d'amarrage de l'identité, et souvent lieu d'une nouvelle création esthétique, religieuse et philosophique.

Dans les sociétés créoles, la part indienne, longtemps occultée, apporte le souffle de sa profondeur historique et de sa richesse culturelle. Les  nouvelles générations ne s'y trompent pas : les hindouismes créoles font partie de leur patrimoine et participent de l'élargissement des îles vers le "Tout-Monde".

30,49
1 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock

CGV - Qui sommes-nous ?