Trier les éléments





Chinese Death Rituals in Singapore
TONG (Chee-Kiong)

In recent years Singapor society has undergone a rapid process of modernization and industrialization, which has vastly changed the physical and cultural milieu of the  Chinese, and yet the Chinese in Singapore are still ready to incur huge expenses in the enactment of death rituals. Viewing the rituals as heightened activities which conflate, refract and highlight the most important values of the Chinese, this book examines the changes and adaptations in Chinese death rituals and accounts for the continuing significance of death rituals in an increasingly industrialized, technologically orientated society.

Through a cultural analysis of the symbols of death - flesh, blood, bones, souls, time, numbers, food and money - Chinese Death Rituals in Singapore throws ligh upon the Chinese perception of death and how they cope with its eventuality. In the seeming mass of religious rituals and beliefs, it suggests that there is an underlying logic to the rituals. This in turn leads Tong to examine the interrelationship between death and the socio-economic value system of the Chinese as a whole.

Based upon primary research, this work is the first comprehensive study of Chinese death rituals in an urban setting. Its analysis of the development and adaptation of a traditional religious belief in a modernizing society will interest all students of Asian religions as well as Asian anthropologists and sociologists.

90,00
1 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock
Emigration et éducation
GUERASSIMOFF (Eric)
Partout où les Chinois ont émigré en grand nombre, ils ont fondé des écoles pour instruire leurs enfants. A Singapour, la présence d'écoles chinoises est attestée dans les années qui suivent l'installation des Anglais. Ces écoles s'organisant librement. Elles gèrent leurs ressources financières, fixent les programmes, recrutent les enseignants. Mais en 1920, le gouvernement colonial anglais met fin à plus d'un siècle d'autonomie. L'immatriculation obligatoire des écoles et des enseignants participe d'un ensemble de mesures renforçant le contrôle politique et idéologique des Anglais sur la population chinoise, dont la loyauté est convoitée depuis la Chine par Sun Yat-Sen et le Komintern. Le développement des établissements scolaires fondés par les Chinois répond à des besoins spécifiques, notamment liés au processus migratoire, à la formation de sociétés d'immigrants, à des stratégies individuelles et collectives. La singularité de l'histoire des immigrés chinois durant la période coloniale est ici mise en rapport avec l'intérêt pour l'éducation manifesté par les Chinois. Cet ouvrage ne se présente donc pas comme une étude des écoles chinoises considérées seulement comme établissements d'enseignement. Il s'agit surtout de cerner la place de ces établissements au sein de la colonie chinoise de Singapour pendant le premier siècle de son existence.
33,00
4 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock

CGV - Qui sommes-nous ?