Trier les éléments





Anthropologie du Vietnam. Tome 4
LE HUU KHOA
Raconter par l'écriture c'est lutter contre la prédestination de son destin; l'aventure créative se substitue à l'obligation karmique d'être. Raconter une lutte, un combat, une bataille de sa vie contre sa propre destinée c'est préciser comment l'individu transforme son destin, modifie son karma, change la malédiction aux conséquences plus ou moins graves pour que l'antidestin actif et créatif puisse se glisser à l'intérieur d'un destin condamné à accepter, à subir. La parole d'un écrit, l'écriture d'une œuvre proposent ainsi un autre ordre d'existence "raconté" par les rapports de forces agités entre le moi libre et le monde causal, pour de là réorganiser le déroulement de l'existence dans un autre sens, parfois dans le sens contraire de celui de la prédétermination existentielle. De l'homme libre, l'écriture fait connaître avec exactitude le degré de la révolte humaine, puis la soumission de masse face au totalitarisme. L'essence de l'homme se vit entre ces deux termes, la révolte et la soumission, elle ne répond pas à l'existence par une solution, mais devient à son tour une question qui se renouvelle sans cesse à chaque nouvelle réponse imposée par le régime totalitaire. Elle devient toujours plus questionnable à la fois pour l'homme qui se révolte et pour le système répressif en place; et se déploie avec la liberté en signifiant que l'indignité sera intolérable, car tous les destins humains sont des substances pensantes, capables de subversion, c'est-à-dire du renversement karmique. Les figures de Hân Mâc Tù (1922-1940), Bùi Giâng (1926-1998), Trân Dân (1926-1997), Hoàng Câm (1922-20110), Pam Thiên Thu illustrent cette révolte, contre la dictature des hommes et contre le destin.
19,00
5 Disponibilité :
Contacter la librairie
Disponibilité :
En stock

CGV - Qui sommes-nous ?